Création de la Graduate School ''Solar academy''

L’Université Savoie Mont Blanc : une référence dans le domaine de l’énergie solaire

Une Graduate School qui se consacre à l’énergie solaire : c’est ce que propose le projet Solar Academy de l’Université Savoie Mont Blanc (USMB) retenu par le ministère de l’Enseignement supérieur, de la Recherche et de lʼInnovation. Le dossier, déposé dans le cadre de la deuxième vague de l’appel à projet "Ecole Universitaire de Recherche" (EUR) du troisième Projet d’Investissement d’Avenir (PIA 3), a dû franchir une rude sélection : sur 81 candidatures déposées, seules 24 ont été retenues.

Cet appel à projets est doté de 109 millions d'euros, et le soutien demandé pour la Solar Academy s’élève à environ 5 millions d’euros.

Solar Academy, déposé en partenariat avec le CEA et le CNRS, réaffirme la position de l’USMB comme chef de file dans le domaine. Il renforce aussi l’Institut National de l’Energie Solaire (INES), dont l’USMB est membre fondateur, en tant que centre de référence en France, et parmi les premiers en Europe, pour la recherche, l’innovation et la formation dans le domaine de l’énergie solaire.

Une recherche multidisciplinaire de haut niveau

nullLa Graduate School va permettre de capitaliser sur les atouts scientifiques de l’USMB, en combinant l’excellence en recherche, une offre éducative de haut niveau universitaire, de l’innovation pédagogique et des partenariats solides avec le monde socio-économique.

La Graduate School repose sur 3 programmes de recherche phares associant les champs de compétences scientifiques de 7 unités de recherche :

  • Ressources solaires pour des besoins énergétiques multi-échelles concernant plutôt le domaine des sciences de l’ingénieur pour l’énergie pour les bâtiments durables et physico chimie des matériaux.
  • Numérisation de la ressource solaire pour une meilleure fiabilité concernant plutôt le domaine des mathématiques, de l’acquisition et du traitement de l’information.
  • Diffusion de l'utilisation de l'énergie solaire faisant intervenir les compétences en économie, droit, sociologie et histoire.

Ingénierie et business conjugués à une attractivité internationale  

Ce dispositif de formation, fort d’un appui financier pendant 10 ans, est pensé comme une formation par la recherche et pour la recherche, prévoyant 2 années de master et 3 années de doctorat. Le master de la Solar Academy aura deux parcours, l'un plus orienté Ingénierie (exploitation de la ressource, intégration du bâtiment à la ville, numérique et sciences des données) s’appuyant sur le master international existant ESB (Energy and Solar Buildings) en double diplôme avec l’Université de Gênes et l'autre business (alliant droit, économie et sociologie). Des cours communs permettront de former les étudiants et doctorants suivant le parcours "Ingénierie" aux problématiques des modèles économiques et des politiques d'incitation à la diffusion de l'énergie solaire. A l'inverse, les futurs économistes ou juristes seront sensibilisés aux problématiques des freins techniques et technologiques.

La Solar Academy s’appuie sur un solide réseau de partenaires nationaux, et internationaux. Sa vocation étant d’être une Graduate School internationalement reconnue, un fort accent est mis sur la mobilité dans un cadre européen et mondial. Un réseau d’ambassadeurs internationaux reconnus dans leur domaine permettra de favoriser ces échanges et de renforcer l’attractivité en faisant notamment intervenir des spécialistes du monde entier en formation et en recherche. Ce réseau comprendra des entreprises, des centres de recherche et bien entendu des universités de prestige dans le domaine de l’énergie solaire. Ainsi, une première convention de partenariat a été signée avec l’University of New South Wales (UNSW) de Sydney et d’autres sont en préparation (City-U à Hong-Kong, Concordia à Montréal, etc.).

Dans le domaine de la recherche, un soutien supplémentaire sera apporté à la Solar Academy par la Chaire d’Innovations Transfrontalières sur l’Efficacité Energétique (CITEE) cofondée en mars 2019 par l’USMB, HES-SO Genève et l’Université de Genève. Cette chaire de recherche et de formation, portée par la Fondation USMB, est soutenue par de puissants mécènes industriels.

Contacts pour plus d'infos

  • Christophe Ménézo, vice-président en charge du patrimoine et de la transition énergétique à l'USMB, directeur de la Fédération de recherche sur l'énergie solaire, et enseignant à Polytech Annecy-Chambéry
  • Monika Woloszyn, chercheuse au laboratoire LOCIE, enseignante à Polytech Annecy-Chambéry

Crédit photos : © Yannick Perrin et INES Gérard Cottet

Partager

  • Facbook
  • Twitter
  • https://www.polytech.univ-smb.fr

Suivez #Polytech Annecy-Chambéry